Musique en ligne

HENRI SALVADOR

Auteur, Compositeur, Interprète

Naissance : 18 juillet 1917 - Cayenne (Guyane Française), FRA

Décés : 13 février 2008


Le jeune Henri passe son enfance en Guadeloupe dont ses parents sont originaires. Le père, Jean Galmot, est percepteur des impôts. La famille s'installe à Paris alors qu'Henri vient d'atteindre ses 8 ans. Sa mère d'origine Indienne lui chante des airs tendres du folklore, alors que son père préfère la musique classique. Henri poursuit ses études jusqu'au BEPC tout en apprenant divers instruments, et plus particulièrement la guitare et la batterie, il se met tout naturellement à composer.

Il découvre Duke Ellington, Louis Armstrong et ne cesse de pratiquer la guitare. Il participe au concours de chant amateur de Paris-Berlitz, en 1931, fait la manche à Saint-Germain, et se produit dans les différents cabarets de Montparnasse, notamment au Jimmy's.

Salvador obtient son premier engagement dans l'orchestre de Bernard Hilda, en 1941, il est le chanteur de l' orchestre et se produit dans le sud de la France. Il est ensuite sélectionné comme "Chanteur Collégien" de Ray Ventura et participe ainsi à la tournée de 1941 en Amérique du Sud.

Il décide de rester au Brésil durant la guerre, et s'y fait sacrer vedette. Il revient à Paris en 1945 ou le président de Philips, Georges Meyerstein lui fait enregistrer l'oeuvre de pierre Dudan, "Clopin-clopant ", Henri est bien décidé a faire valoir son identité, et se faire connaître avec de merveilleuses chansons," Syracuse", la "Maladie d'amour", et "le Loup, la Biche et le Chevalier", ou encore "Une chanson douce", écrite avec Maurice Pon.

C'est la consécration à Bobino, ou les multiples facettes de son talent sont reconnues, auteur de sketches et parodiste, " la televison Américaine", "Rock and Roll mops", sous le pseudonyme de Henri Cording, "Faut rigoler", avec son complice Boris Vian. Ils  ...

Le jeune Henri passe son enfance en Guadeloupe dont ses parents sont originaires. Le père, Jean Galmot, est percepteur des impôts. La famille s'installe à Paris alors qu'Henri vient d'atteindre ses 8 ans. Sa mère d'origine Indienne lui chante des airs tendres du folklore, alors que son père préfère la musique classique. Henri poursuit ses études jusqu'au BEPC tout en apprenant divers instruments, et plus particulièrement la guitare et la batterie, il se met tout naturellement à composer.

Il découvre Duke Ellington, Louis Armstrong et ne cesse de pratiquer la guitare. Il participe au concours de chant amateur de Paris-Berlitz, en 1931, fait la manche à Saint-Germain, et se produit dans les différents cabarets de Montparnasse, notamment au Jimmy's.

Salvador obtient son premier engagement dans l'orchestre de Bernard Hilda, en 1941, il est le chanteur de l' orchestre et se produit dans le sud de la France. Il est ensuite sélectionné comme "Chanteur Collégien" de Ray Ventura et participe ainsi à la tournée de 1941 en Amérique du Sud.

Il décide de rester au Brésil durant la guerre, et s'y fait sacrer vedette. Il revient à Paris en 1945 ou le président de Philips, Georges Meyerstein lui fait enregistrer l'oeuvre de pierre Dudan, "Clopin-clopant ", Henri est bien décidé a faire valoir son identité, et se faire connaître avec de merveilleuses chansons," Syracuse", la "Maladie d'amour", et "le Loup, la Biche et le Chevalier", ou encore "Une chanson douce", écrite avec Maurice Pon.

C'est la consécration à Bobino, ou les multiples facettes de son talent sont reconnues, auteur de sketches et parodiste, " la televison Américaine", "Rock and Roll mops", sous le pseudonyme de Henri Cording, "Faut rigoler", avec son complice Boris Vian. Ils écriront plus de 400 titres.

Il crée sa maison de production, "Les disques RIGOLO", et allie les oeuvres sentimentales, dans lesquelles il excelle, avec les pastiches, "Twist SNCF", et les succès " Le travail c'est la santé", Quand faut y aller, faut y aller", "Mimi petite souris", etc. Il renonce pour un temps à la scène sur la demande de sa femme Jacqueline, pour se consacrer à la television, ou il anime des émissions dans la veine de ses modèles Américains.

Il remplit le Palais Congrès, fait ses adieux à Bercy en 1987, sans savoir que le futur lui apportera plus de satisfaction et un public encore plus vaste. En effet, Henri Salvador est un artiste caméléon, qui a réussi le tour de force d'être un gagman, un comique, un chanteur, et un musicien respecté, tout en restant lui- même. Le meilleur Salvador est sur la scène, là ou sa personnalité s'exprime totalement.

Henri connaîtra, comme beaucoup d'artistes, le manque d'intérêt de la part du public pendant une certaine période, il se fera alors plus acerbe au sujet de la culture Américaine, qu'il a contribué à faire connaître, il sera de certains combats contre la mondialisation, mais retrouvera le public, tels les 'artistes Cubains', parce qu'il est unique.

Henri SALVADOR

Produits disponibles : 9