Musique en ligne

MICHEL COLOMBIER

Compositeur, Interprète

Pays : France

Lien : www.michelcolombier.com


Michel COLOMBIER débute ses études musicales à l'âge de 6 ans sous la férule de son père. Ce dernier lui enseigne le piano, l'harmonie, le contrepoint et la direction d'orchestre.

A 11 ans il commence à improviser et à 14 il découvre la musique de jazz. Il se produit alors aussi bien dans des trios de jazz que dans des "dance big-bands" pour lesquels il commence à écrire des arrangements hors des sentiers battus.

Pendant ce temps, son père continue de parfaire son éducation musicale en y adjoignant l'étude de l'orgue d'église, du plain-chant grégorien et du trombone.

A 18 ans il part faire son service dans une fanfare militaire stationnée dans la banlieue parisienne. Il est admis en classe de piano au Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM), rue de Madrid. malheureusement, l'enseignement qui lui y est prodigué ne correspond pas à ses espérances et son dépit, qu'il ne cache pas, lui vaudra d'être renvoyé, sans diplôme, au bout de deux ans.

En 1961, à l'âge de 22 ans, il est engagé par le compositeur d'avant-garde Michel Magne, comme pianiste tout d'abord, puis comme arrangeur et enfin comme collaborateur à part entière. Au bout d'un an Magne décide que Colombier est prêt à voler de ses propres ailes et le présente à Eddie Barclay, qui l'engage, sur le champ comme directeur musical des Disques Barclay.

Il entre par la grande porte en arrangeant le premier album en langue anglaise de Charles Aznavour, album produit par Quincy Jones pour le marché américain.

Peu de temps après il rencontre Serge Gainsbourg et c'est le début de leur grande complicité, tant artistique qu'amicale. Ensemble ils écrivent de nombreuses musiques de films. Michel arrange souvent les chansons écrites par Serge pour d'autres inter ...

Michel COLOMBIER débute ses études musicales à l'âge de 6 ans sous la férule de son père. Ce dernier lui enseigne le piano, l'harmonie, le contrepoint et la direction d'orchestre.

A 11 ans il commence à improviser et à 14 il découvre la musique de jazz. Il se produit alors aussi bien dans des trios de jazz que dans des "dance big-bands" pour lesquels il commence à écrire des arrangements hors des sentiers battus.

Pendant ce temps, son père continue de parfaire son éducation musicale en y adjoignant l'étude de l'orgue d'église, du plain-chant grégorien et du trombone.

A 18 ans il part faire son service dans une fanfare militaire stationnée dans la banlieue parisienne. Il est admis en classe de piano au Conservatoire National Supérieur de Musique (CNSM), rue de Madrid. malheureusement, l'enseignement qui lui y est prodigué ne correspond pas à ses espérances et son dépit, qu'il ne cache pas, lui vaudra d'être renvoyé, sans diplôme, au bout de deux ans.

En 1961, à l'âge de 22 ans, il est engagé par le compositeur d'avant-garde Michel Magne, comme pianiste tout d'abord, puis comme arrangeur et enfin comme collaborateur à part entière. Au bout d'un an Magne décide que Colombier est prêt à voler de ses propres ailes et le présente à Eddie Barclay, qui l'engage, sur le champ comme directeur musical des Disques Barclay.

Il entre par la grande porte en arrangeant le premier album en langue anglaise de Charles Aznavour, album produit par Quincy Jones pour le marché américain.

Peu de temps après il rencontre Serge Gainsbourg et c'est le début de leur grande complicité, tant artistique qu'amicale. Ensemble ils écrivent de nombreuses musiques de films. Michel arrange souvent les chansons écrites par Serge pour d'autres interprètes comme Brigitte Bardot, Régine ou Juliette Greco. Il arrange et orchestre la comédie musicale ANNA, avec comme interprètes Anna Karina, Jean-Claude Brialy et Serge Gainsbourg. C'est à cette même Époque que Serge et Michel écrivent la chanson ELISA. Lorsque Roland Petit et Zizi Jeanmaire reprennent le Casino de Paris en 1972, c'est à eux qu'ils s'adressent. Serge écrit les chansons et Michel les ballets et toutes les orchestrations.

Une autre rencontre d'une très grande richesse est celle avec Barbara. Ils collaborent pour la première fois dans les années 60, à l'occasion du Gala de l'Union des Artistes à l'Opéra de Paris. C'est le début d'une collaboration qui sera consacrée par le grand public grâce au succès de "L'Aigle noir" et d'une grande amitié qui durera jusqu'à la mort de Barbara. Leur dernière performance publique aura lieu au Metropolitan Opéra de New York en 1986 dans un spectacle créé par Mikhail Baryshnikov.

En 1967 il entre dans le monde de la danse, en collaboration avec Pierre Henry, en composant les "Jerks électroniques" de la "Messe pour le temps présent" de Maurice Béjart. Cette oeuvre a fait l'objet, en 1997, de nombreux remix par les plus grands DJ (de William Orbit à Fat Boy Slim).

Son amour pour la danse contemporaine l'a amené à écrire pour les plus brillantes étoiles de sa génération: Mikhail Baryshnikov, Twyla Tharp, Roland Petit, Jean Babilée, Daniel Ezralow, American Ballet Theater et Les Ballets de l'Opéra de Paris.

En 1968 Petula Clark le choisit comme directeur musical et lui demande de participer à son show spécial pour la télévision américaine. Durant son séjour à Los Angeles il reçoit ses premières offres de travail des studios Universal pour lesquels il écrit le score de Colossus. A l'automne de la même année Petula le présente à Herb Alpert, le célèbre musicien propriétaire des disques A&M. Ce dernier lui offre rapidement un contrat d'Artiste/Compositeur, qui donnera naissance à "Wings".

Cet album d'un nouveau concept sera salué comme "la première symphonie pop" et "le premier oratorio rock". Il utilise une rythmique rock, un ensemble de cuivres jazz/rock, un trio de cordes électriques mené par Jean-Luc Ponty, une armée de percussionnistes, un choeur mixte, 5 chanteurs solistes et l'orchestre de l'Opéra de Paris.

Cet album lui vaudra d'être salué par la presse internationale comme l'égal de Bernstein, Gershwin et Zubin Mehta. Wings est nommé trois fois aux "Grammy" américains, reçoit le "Grand Prix de l'Académie Charles Cros" en France et le "Edison Prize" en Hollande. L'album Wings inspire la création d'un programme spécial pour la télévision canadienne, programme qui reçoit le "Génie Award" dans la catégorie "Best score".

Récompenses

- Lester Horton Dance Award - CATAPULT - 'Outstanding achievement in music for Dance'

- Latin Grammy - 'Amarte es un Placer'Luis Miguel - Album of the Year

- Chevalier des Arts et Lettres, France - awarded by the Ministry of Culture, France

- People's Choice Award, U.S.A. - PURPLE RAIN - best music score(co-winner with Prince)

- Cesar Award - ELISA - best music score(co-winner with Z. Preissner & S. Gainsbourg)

- Prix Charles Cros (given by the Académie du disque français) WINGS - record of the year

- Genie Award, Canada - WINGS - best music program

- Edison Prize, Holland - WINGS - best record

- "Prix de la Musique Symphonique Légère", Sacem, France - for the ensemble of his work

- Tokyo Music Award", Japan - best arranger

Nominations

- Grammy - WINGS - best instrumental arrangement for "Earth"

- Grammy - WINGS - best arrangement accompanying vocalist "Freedom & Fear"

- Grammy - WINGS - best sound recording

- Golden Globe - WHITE NIGHTS - best original score

- Grammy - AGAINST ALL ODDS - best sound track album

- Cesar - UNE CHAMBRE EN VILLE - best score

- Ace - FLORIDA STRAITS - best score

Michel COLOMBIER

Produits disponibles : 8