Musique en ligne

GEORG FRIEDRICH HAENDEL

Compositeur

Naissance : 23 février 1685 - Halle, GER

Décés : 14 avril 1759 - Londres, UK


Ce fils d'un chirurgien respecté de soixante-trois ans est né le 23 février 1685 à Halle en Allemagne. Il sera ensuite naturalisé Anglais. Le jeune enfant jouera à la cour ducale de Saxe-Weissenfels et recevra des leçons de Zachow, organiste de la Marienkirche. Ses qualités de claveciniste impressionnent Frédéric III venu l'écouter à Berlin. Il est alors âgé de onze ans. Il poursuit des études de droit à l'Université de Halle, puis devient organiste suppléant de la ville.

Il part pour Hambourg où il donnera, en 1704, sa "passion selon saint Jean". Cette création remportera un grand succès. Haendel fait la connaissance du compositeur et grand théoricien de la musique de Mattheson, et l'accompagne à Lübeck en 1703. Le vieux Buxtehude, qui venait d'abandonner son poste d'organiste de la Marienkirche, cherchait un successeur qui accepterait d'épouser sa fille dans le même temps. Les candidats seront peu nombreux. Haendel vivra de leçons particulières et deviendra claveciniste à l'opéra de Hambourg. Son premier opéra, "Almira", reçoit un accueil enthousiaste en 1705. Les deux opéras suivants seront un demi-échec.

Le compositeur se rend en Italie à la demande de Jean-Gaston de Médicis, fils du Grand Duc de Toscane. Il produit l'oratorio "La resurezione " en 1708 qui lui vaudra plusieurs invitations de plusieurs villes italiennes, notamment Florence et Rome. Il arrive à Naples en 1708 et donne " Agrippina" qui lui assure une réputation internationale. Haendel composera, durant son séjour en Italie, des opéras, des oratorios et plus d'une centaine de cantates. Il y rencontrera le prince de Hanovre, le futur roi Georges Ier d'Angleterre.

Il revient en Allemagne et obtient le poste prestigieux de Maître de chapelle à la cour de H ...

Ce fils d'un chirurgien respecté de soixante-trois ans est né le 23 février 1685 à Halle en Allemagne. Il sera ensuite naturalisé Anglais. Le jeune enfant jouera à la cour ducale de Saxe-Weissenfels et recevra des leçons de Zachow, organiste de la Marienkirche. Ses qualités de claveciniste impressionnent Frédéric III venu l'écouter à Berlin. Il est alors âgé de onze ans. Il poursuit des études de droit à l'Université de Halle, puis devient organiste suppléant de la ville.

Il part pour Hambourg où il donnera, en 1704, sa "passion selon saint Jean". Cette création remportera un grand succès. Haendel fait la connaissance du compositeur et grand théoricien de la musique de Mattheson, et l'accompagne à Lübeck en 1703. Le vieux Buxtehude, qui venait d'abandonner son poste d'organiste de la Marienkirche, cherchait un successeur qui accepterait d'épouser sa fille dans le même temps. Les candidats seront peu nombreux. Haendel vivra de leçons particulières et deviendra claveciniste à l'opéra de Hambourg. Son premier opéra, "Almira", reçoit un accueil enthousiaste en 1705. Les deux opéras suivants seront un demi-échec.

Le compositeur se rend en Italie à la demande de Jean-Gaston de Médicis, fils du Grand Duc de Toscane. Il produit l'oratorio "La resurezione " en 1708 qui lui vaudra plusieurs invitations de plusieurs villes italiennes, notamment Florence et Rome. Il arrive à Naples en 1708 et donne " Agrippina" qui lui assure une réputation internationale. Haendel composera, durant son séjour en Italie, des opéras, des oratorios et plus d'une centaine de cantates. Il y rencontrera le prince de Hanovre, le futur roi Georges Ier d'Angleterre.

Il revient en Allemagne et obtient le poste prestigieux de Maître de chapelle à la cour de Hanovre. Il prend une année sabbatique pour se rendre à Londres et présente le premier opéra italien présenté dans la capitale anglaise en 1711. " inaldo" sera un triomphe à peine écorné par quelques critiques. Haendel retourne à Hanovre pendant quinze mois, avant de s'installer définitivement à Londres. Il vit à Picadilly de 1712 à 1716 et compose un certain nombre d'oeuvres à caractère sacré dont le "Te Deum d'Utrecht". Le nouveau roi d'Angleterre Georges Ier lui confie l'éducation musicale des enfants royaux. Une Ode pour l'anniversaire de la reine Anne lui vaudra une pension royale. Il travaille pour l'Opéra de Haymarket, jusqu'en 1717, où il fait représenter, entre autres, "Il Pastor fido". Haendel quitte Londres et s'installe dans une résidence somptueuse du futur duc de Chandos après la fermeture du théâtre. Il écrit les douze "Chandos Anthems" pour son mécène.

Il est nommé Directeur musical de la Royal Academy of Music, en 1719, et se rend sur le continent pour y recruter des chanteurs d'opéra. Son mandat sera marqué par des échecs et des succès. Le Royal Academy of Music fait faillite en 1728.

Haendel composera pour le Théâtre du Roi durant les cinq années suivantes. Il s'installe ensuite à Covent Garden et produit deux de ses plus grands opéras en 1735 : "Ariodante" et "Alcina". Haendel est foudroyé par une attaque cérébrale en avril 1737. Il se rend en cure à Aix La Chapelle et guérit de façon quasi miraculeuse.

Haendel revient à Londres et présente, en 1739, "Saül et Israël en Egypte". Il compose les douze "concertos pour instruments à cordes opus 6" la même année. Ses opéras essuient plusieurs échecs. Il est invité à Dublin et y séjourne neuf mois au cours desquels il crée les oratorios le "Messie" et "Samson". C'est un triomphe. Haendel revient à Londres et reprend la composition d'oratorios à la fin de l'été 1742. "Judas Maccabée" date de 1747. Les douze "concerti grossi" de cette période constitueront un chef d'oeuvre dans le genre.

Il compose en 1748, à la demande de Georges II, le Fireworks Music. Sa dernière composition "Jephta" est créée en 1751. Devenu presque aveugle, Haendel est opéré de la cataracte en 1752. Il meurt le 14 avril 1759 et obtient d'être inhumé dans l'église de l'abbaye de Westminster.

Georg Friedrich HAENDEL

Produits disponibles : 5