Musique en ligne

MICHèLE BERNARD

Auteur, Compositeur, Interprète

Pays : France


BERNARD

Michèle

Saltimbanque,

théâtreuse, folle de chanson, Michèle Bernard ne se déplace jamais en scène sans sa

troupe, musiciens, chœur de femmes, fans, metteur en scène ou orchestre forain, qui

l'accompagnent à l'ombre des poètes, des philosophes dont elle nourrit ses

compositions. Michèle Bernard joue de l'accordéon, instrument faussement simple. De

la même manière, elle bâtit des chansons philosophiques aux allures de rengaine

populaire, faciles à chanter, tombées dans l'oreille à la première note de tant

de classicisme. Ainsi suivrons-nous la saga du pyjama, -la vie douce, celle de

l'enfant, -la mort, celle du déporté, du vieillard ou du souffrant, ainsi

sommes-nous appelés à réfléchir sans y prendre garde sur nos peurs, celles que

l'on compense en s'armant de gris-gris anti-grisaille, ou la subtile similitude

entre les vieux et les enfants. Atypique, selon les critères en vogue dans la chanson et

le rock contemporain, mais totalement française dans son réalisme décalé, Michèle

Bernard soigne l'interprétation, décline en finesse les secrets d'une alchimie

musicale où entrent en lice l'orgue de Barbarie, la clarinette de foire, le

violoncelle, le piston...

Le

style ‘Bernard' se définit par un éclectisme rigoureux. C'est après un

voyage en profondeur dans les arts de la scène que Michèle Bernard a choisi la chanson :

née à Lyon, elle y a suivi le cursus du Conservatoire d'Art Dramatique, puis les

destinées du Théâtre des jeunes années de Lyon, de la Compagnie de la satire ou des

mulets. Des récitals, Michèle Bernard en a donnés des centaines à travers la France et

à l'étranger depuis 1978, où elle bouscule les habitudes de la variété en

s'engageant dans la réhabilitation de la chanson française  ...

BERNARD

Michèle

Saltimbanque,

théâtreuse, folle de chanson, Michèle Bernard ne se déplace jamais en scène sans sa

troupe, musiciens, chœur de femmes, fans, metteur en scène ou orchestre forain, qui

l'accompagnent à l'ombre des poètes, des philosophes dont elle nourrit ses

compositions. Michèle Bernard joue de l'accordéon, instrument faussement simple. De

la même manière, elle bâtit des chansons philosophiques aux allures de rengaine

populaire, faciles à chanter, tombées dans l'oreille à la première note de tant

de classicisme. Ainsi suivrons-nous la saga du pyjama, -la vie douce, celle de

l'enfant, -la mort, celle du déporté, du vieillard ou du souffrant, ainsi

sommes-nous appelés à réfléchir sans y prendre garde sur nos peurs, celles que

l'on compense en s'armant de gris-gris anti-grisaille, ou la subtile similitude

entre les vieux et les enfants. Atypique, selon les critères en vogue dans la chanson et

le rock contemporain, mais totalement française dans son réalisme décalé, Michèle

Bernard soigne l'interprétation, décline en finesse les secrets d'une alchimie

musicale où entrent en lice l'orgue de Barbarie, la clarinette de foire, le

violoncelle, le piston...

Le

style ‘Bernard' se définit par un éclectisme rigoureux. C'est après un

voyage en profondeur dans les arts de la scène que Michèle Bernard a choisi la chanson :

née à Lyon, elle y a suivi le cursus du Conservatoire d'Art Dramatique, puis les

destinées du Théâtre des jeunes années de Lyon, de la Compagnie de la satire ou des

mulets. Des récitals, Michèle Bernard en a donnés des centaines à travers la France et

à l'étranger depuis 1978, où elle bouscule les habitudes de la variété en

s'engageant dans la réhabilitation de la chanson française aux côtés des

animateurs du Printemps de Bourges, où elle se produit à plusieurs reprises. Michèle

Bernard compose des musiques de cinéma, de télévision, de théâtre. Elle

s'attache à mettre en scène ses spectacles, battant en brèche l'idée

qu'une chanson et une voix se suffisent à elles-mêmes. Comédie, drame, jeux de

lumières et d'humains, les spectacles de Michèle Bernard visent à

l'enchantement. De 1989 à 1991, elle parcourt les théâtres et les salles de

spectacles avec Diva's Blues, mis en scène par Vincent Colin, puis elle se livre

deux ans durant à un incroyable voyage musical pour chanteuse, chœur de femmes et

petit orchestre forain : Des nuits noires de monde, avant de tenir le rôle de Flonflon

dans une comédie musicale signée Anne Sylvestre et mise en scène par Viviane

Théophilidès, Lala et Le cirque du vent.

Militante

inlassable de la chanson, Michèle Bernard ne néglige jamais la base (les Ateliers

chanson de Villeurbanne, où elle crée en 1985 L'homme qui fait les cent pas, les

sessions de formation dans les écoles, les stages et les festivals dans son village de

saint Julien Molin Molette où elle anime l'association « Musiques à l'usine

», les chorales - pour les rencontres chorales d'enfants de la Région Provence

Alpes Côte d'Azur, elle écrit en 1996 les chansons « Le prince de Motordu » sur

un livre de PEF).

« Quand

vous me rendez visite » est son troisième album original, publié après cinq 33 tours

et deux Grands Prix de l'Académie Charles Cros.

Elle

revient avec son accordéon, sa voix de chanteuse réaliste et vingt nouvelles chansons en

forme de contes légers-graves, dans le décor de hangar philosophique du Café de la

Danse où elle avait séduit le public parisien par les clairs-obscurs de ses Nuits noires

de monde. Elle sera accompagnée par une formation musicale toute nouvelle avec Jean-Luc

Michel (piano), Laurent Sarrien (batterie et vibraphone), et Jean-François Baez

(accordéon).

www.musiqueenligne.com

Michèle BERNARD

Produits disponibles : 1