Musique en ligne

GEORGES BRASSENS

Auteur, Compositeur, Interprète

Naissance : 22 octobre 1921 - Sète, FR

Décés : 29 octobre 1981 - Saint-Gély-du-Fesc, FR


Georges est fils de famille modeste. Attiré par toutes les formes d'expressions de la chanson, il s'amuse à les repertorier, surtout la musique de jazz qui influence des créateurs comme Charles Trenet, Jean Sablon, ou Ray Ventura. Au collège, il se révèle un étudiant distrait et peu passionné, doué pour la gymnastique, mais écrivant surtout des parodies sur les chansons à la mode, et jouant du banjo avec des amis Sétois. Son professeur de français, lui fait découvrir et apprécier la poésie. En 1939, ses parents interrompent ses études, et l'envoient à Paris, chez la tante maternelle, il restera chez elle jusqu'a sa mort en 1968. Sans grand enthousiasme et sans beaucoup de ressources, Il découvre le travail en usine et continue à écrire et annoter les livres de poésie tout en rédigeant un recueil de 13 poèmes qu'il publie à compte d'auteur, sous le titre "A la venvole" et commence à écrire ses premières véritables chansons.

Malheureusement, en mars 1943, il est envoyé au service du travail obligatoire (STO) à Basdorf en Allemagne. Georges profite de cette période pour continuer à écrire poèmes et chansons. D'autres compositions connaitront le succès plusieurs années après, Pauvre Martin", Bonhomme", et Brave Margot" et il se lie d'amitié avec Pierre Onteniente, baptisé Gibraltar qui restera son homme de confiance. Il interprète ses premières oeuvres dans les fetes en s'accompagnant au piano.

En 1944, lors d'une permission à Paris, il décide de ne pas retourner en Allemagne et se réfugie chez Jeanne Le Bonniec dans le quatorzième arrondissement. Jeanne, dont il a fait la connaissance chez sa tante, et à qui il consacre deux chansons. Georges écrit, compose et joue sur sa guitare d'occasion des oeuvres pour l ...

Georges est fils de famille modeste. Attiré par toutes les formes d'expressions de la chanson, il s'amuse à les repertorier, surtout la musique de jazz qui influence des créateurs comme Charles Trenet, Jean Sablon, ou Ray Ventura. Au collège, il se révèle un étudiant distrait et peu passionné, doué pour la gymnastique, mais écrivant surtout des parodies sur les chansons à la mode, et jouant du banjo avec des amis Sétois. Son professeur de français, lui fait découvrir et apprécier la poésie. En 1939, ses parents interrompent ses études, et l'envoient à Paris, chez la tante maternelle, il restera chez elle jusqu'a sa mort en 1968. Sans grand enthousiasme et sans beaucoup de ressources, Il découvre le travail en usine et continue à écrire et annoter les livres de poésie tout en rédigeant un recueil de 13 poèmes qu'il publie à compte d'auteur, sous le titre "A la venvole" et commence à écrire ses premières véritables chansons.

Malheureusement, en mars 1943, il est envoyé au service du travail obligatoire (STO) à Basdorf en Allemagne. Georges profite de cette période pour continuer à écrire poèmes et chansons. D'autres compositions connaitront le succès plusieurs années après, Pauvre Martin", Bonhomme", et Brave Margot" et il se lie d'amitié avec Pierre Onteniente, baptisé Gibraltar qui restera son homme de confiance. Il interprète ses premières oeuvres dans les fetes en s'accompagnant au piano.

En 1944, lors d'une permission à Paris, il décide de ne pas retourner en Allemagne et se réfugie chez Jeanne Le Bonniec dans le quatorzième arrondissement. Jeanne, dont il a fait la connaissance chez sa tante, et à qui il consacre deux chansons. Georges écrit, compose et joue sur sa guitare d'occasion des oeuvres pour lesquelles il cherche des interprètes. Il milite au sein de la Fédération Anarchiste et collabore au journal, " Le Libertaire " sous divers pseudonymes. Il essaie en 1945, de publier son propre journal anarchiste, " le Cri des gueux ".

La chance lui sourit en 1952, lorsque le chansonnier Jacques Grello, l'encourage à continuer l'écriture, mais aussi à chanter ses compositions. Lors d' une audition dans le cabaret que dirige et anime Patachou à Montmartre, l'artiste est séduite et inscrit à son répertoire, " Brave Margot " et les " Bancs publics ", tout en poussant Georges à interpréter ses chansons lui-meme. Ce sont les premiers succès. Patachou présente son protégé à Jacques Canetti, responsable des disques Polydor et du Théâtre des trois Baudets, qui lui fait enregistrer ses premières oeuvres, "Le gorille", "La mauvaise réputation", "Le parapluie", "Corne d'Aurochs", en souvenir de la période Sétoise, "La chasse au papillons", "Hécatombe", "Le petit cheval" et "Le fossoyeur", sous étiquette "Philips" N 76.061 R, qui comporte un texte du célèbre critique, Jean-Jacques Gautier qui se termine par ces mots, " Je crois à Georges Brassens... C'est un généreux ! ".

Soutenu et encouragé par Jacques Canetti, Georges Brassens part en tournée avec Patachou et les Frères Jacques, en France comme à l'étranger, passe en vedette à Bobino et les plus grands music-halls, alors que ses ventes de 'microsillons' atteignent des records. Sa carrière est lancée et ne cessera de croitre. Ses disques sont sans cesse réédités, présentés en coffret, en compilations, ses oeuvres traduites en toutes langues.

L'écriture de Georges Brassens se caractérise par l'utilisation de formes linguistiques classiques, ou références culturelles, un verbe cru, et l'anarchisme dominant qui divise son public. Il chante ce qu'il pense dans l'instant. Brassens est un cas très à part. Il lui faut tout d'abord beaucoup de temps pour écrire une chanson. Après en avoir écrit une première version, il corrige les vers qui ne lui semble pas bons. Et puis il recopie aussitôt tout le texte ainsi modifié. Ce genre d'opération se reproduit souvent une soixantaine de fois. Il y a chez Georges, une maitrise de l'art de la chanson qui impressionne toujours les connaisseurs.

L'oeuvre de Brassens a été l'objet de nombreux commentaires, notamment concernant les mélodies qui semblent trop sobres. Georges est l'artisan du texte autant que du rythme et l'on peut apprécier la richesse des harmonies et de l'opposition mineur/majeur. Toute une génération se sera fait les doigts sur les oeuvres de Brassens.

Brassens, se contente d'une guitare, d'une contrebasse et d'une prise de son très simple, qui offre encore plus d'ampleur aux oeuvres. Contrairement a d' autres chanteurs qui bénéficient d'importants moyens, techniques et musicaux, Georges Brassens conserve sur le plan scénique, les moyens du cabaret, il s'accompagne à la guitare, soutenu par son fidèle Pierre Nicolas à la contrebasse.

En 1964, il répond favorablement à la demande de Yves Robert et Danielle Delorme, et compose le thème principal du film "Les copains" d'après l'ouvrage de Jules Romains. La chanson "Les copains d'abord", deviendra l'oeuvre la plus célèbre de Georges Brassens.

Le personnage présenté comme un ours mal léché par les médias, était en fait, un fidèle en amitié, un homme timide et réservé, et selon le référendum organisé par France-Soir en 1969, l'un des artistes préférés des Français de cet homme simple et sincère.

Georges à traversé sans dommage la période "yéyé", ses chansons sont appréciées de toutes les générations. Jacques Chancel lui consacre un "Grand échiquier" pour ses 2O ans de carrière, ses amis participent, Yves Montand, Claude Nougaro, Maurice Béjart, Dave Brubeck, et Johnny Hallyday .

Il est opéré en 198O à l'hôpital franco-américain de Neuilly et revient l'année suivante à Paris pour y mourir le 19 octobre 1981. Il repose à Sète, ainsi qu' il l'avait désiré et chanté dans, " Supplique pour être enterré sur la plage de Sète ".

Jean Bertola, un proche ami de Brassens et vedette des années 50, recueille, enregistre et publie les dernières chansons inédites de Georges.

Georges BRASSENS

Produits disponibles : 1