Musique en ligne

WINGS

Auteur : Paul WILLIAMS

Compositeur : Michel COLOMBIER

Époque : Années 70

Genres : Classique, Musique symphonique


WINGS (1970) La collaboration avec Herb Alpert donne naissance à "Wings" un nouveau “concept album” salué comme "la première symphonie pop" & "le premier oratorio rock" Les temps changent, mais la tradition continue. L'une des oeuvres majeures de Michel Colombier " Wings ", à été imaginé à l'issue de sa rencontre avec Herb Alpert. Michel, qui a toujours aimé toutes les formes musicales, n’a jamais voulu choisir entre « la voie royale » (musique classique ou avant-garde) et les « dévergondés » du jazz, du tango ou du rock and roll. « Toutes les formes de musique sont comme les branches d’un même arbre » dit Colombier lorsqu’on l’interroge à ce sujet « et il est normal qu’elles vivent ensemble.» La collaboration est i ...

WINGS (1970)


La collaboration avec Herb Alpert donne naissance à "Wings" un nouveau “concept album” salué comme "la première symphonie pop" & "le premier oratorio rock"


Les temps changent, mais la tradition continue. L'une des oeuvres majeures de Michel Colombier " Wings ", à été imaginé à l'issue de sa rencontre avec Herb Alpert. Michel, qui a toujours aimé toutes les formes musicales, n’a jamais voulu choisir entre « la voie royale » (musique classique ou avant-garde) et les « dévergondés » du jazz, du tango ou du rock and roll. « Toutes les formes de musique sont comme les branches d’un même arbre » dit Colombier lorsqu’on l’interroge à ce sujet « et il est normal qu’elles vivent ensemble.»


La collaboration est immédiate, Michel Colombier écrit, Herb Alpert produit. Michel retourne à Paris afin d’écrire les thèmes et de les enregistrer car l’intimité qu’il a développée avec ses musiciens français préférés est, à son avis, irremplaçable.


Très vite l’auteur compositeur acteur Paul Williams vient rejoindre Colombier à Paris et s'attaque aux textes. Dès les enregistrements parisiens terminés Michel repart pour Los Angeles afin de boucler en enregistrant les cuivres, les saxes, diverses percussions rarissimes, les ch½urs et les voix solistes.


Ces voix sont celles de Bill Medley (Righteous Brothers), Lani Hall (du groupe Sergio Mendes «Brazil 66»), Herb Alpert, Paul Williams, et Vermettya Royster (Sisters Love).


Wings est, à l’origine, de la musique pure, mais en questionnant Michel on apprend que certaines images sont venues se greffer, après coup, et que « Earth » semble être un hymne à la majesté de la terre, «Thalassa » un hommage aux éléments liquides de notre planète ; quant à « Emmanuel» c’est comme un retour aux sources, car le premier compositeur qui a ému Colombier aux larmes, alors qu’il n’était qu’un enfant de 2 ou 3 ans, a été J.S.Bach.

En tant que compositeur, Colombier n’appartient à aucune école, il va là où l’inspiration le porte, que ce soit dans le style baroque ou dans les effets électroniques, et, si l’on prête l’oreille, on peut deviner ses influences, dont il ne se cache pas, venues des quatre coins du monde


Si l’on suit les paroles, par contre, on pourrait déduire, par exemple, que "Wings" est l'histoire d'un homme que la société rend malade. Lorsque Bill Medley chante dans « Freedom and Fear »:

"Les gens vivent en cages « faites sur mesure »,

ils ont construit une maison

remplie de rêves qu’ils ne réaliseront jamais,

une prison de papier avec des verrous imaginaires,

et des murs de solitude.

Dans leurs cellules faites d'ennui et de peur

Seuls l’amour et la lumière pourront les libérer»

Puis on bascule :

"Où sont les anges qui sauveront leurs âmes,

Choisissez un chemin et éclairez-le,

(Si qui que soit peut éclairer le chemin)

Peut-être un ange qui priera pour eux aujourd’hui,

Envoyez cet ange sans attendre,

Avant qu’ils ne renient cette vie …"

et la musique se développe en un magnifique crescendo dans le thème instrumental "Earth." pour ensuite s’engloutir, avec « Thalassa » dans les abysses des océans.

Dans «Doesn’t anybody know ?» Paul Williams nous rappelle de ne jamais gaspiller nos émotions et nos sentiments, juste avant de s’engouffrer dans l’époustouflant «Pourquoi pas ?» qui nous permet de redécouvrir l’unicité du talent de l’organiste Eddie Louiss.

"Morning,” quant à lui, donne un autre ton.

" Le matin revient,

Essaies de trouver un ami sous la pluie battante,

Essaies de trouver l’âme qui verra

toute la bonté qui est encore en moi,

Quelqu'un d’aussi solitaire que moi.

Dans la chaleur d’un sourire,

Réside une foi qui rend fort ;

Connaissant tous les mensonges que je vis,

Mais prêt à me pardonner."


"For Those Who Cannot Hear”

« À ceux qui ne peuvent entendre,

pardonnez-moi

j’ai fait une chanson pour vous

J’ai peint chaque jour en harmonies.

Vous, qui ne pouvez entendre,

Pardonnez-moi. »

ouvre la section instrumentale d'une façon puissante ; l'obsédant solo de violon de Jean-Luc Ponty, porte l'influence des oeuvres de Debussy, Ravel et Gershwin,

et sert de prélude approprié à "We Could Be Flying" :

"L'amour s'envole avec le soleil d'été,

Prisonnier du silence d'un « bonjour »,

Charriant les mots au travers du ciel."

« Emmanuel » que Colombier dédie à son fils, disparu prématurément, porte toute la noblesse et la tristesse dans cette mélodie devenue incontournable.

Wings termine par « All in All »

qui est une chanson d’amour faisant un clin d’½il à l’érotisme.

La richesse de "Wings" réside dans sa description, en termes musicaux, des états d’âme d'un homme. Seul un homme qui aura appris à aimer la vie pourra déclarer

"Le temps passé à aimer est le meilleur qui soit."


Avec cet ½uvre Colombier a été reconnu par la presse internationale comme l’égal de Gershwin et de Bernstein.


"Wings" a reçu trois nominations aux "Grammy Awards", le "Grand Prix de L'Académie Charles Cros" en France et le "Edison Prize" in Holland.

Au Canada, la musique de Wings est devenue le sujet d’une émission de télévision, qui obtint le "Genie Award" pour "Best Score" et, au Japon, Colombier est surnommé "Fusion-Sama" ou "Parrain de la fusion”.


Le peintre Folon a créé plusieurs aquarelles inspirées par la musique de Colombier, y compris le fameux générique d’Antenne 2, pour lequel il choisit le solo de hautbois d’Emmanuel.


Description: pour orchestre symphonique, ch½ur, orchestre jazz-rock, trio à cordes électriques, section complète de cuivres et vents, percussions au grand complet et 5 voix solistes.

Interpreté par: Orchestre de l’Opéra de Paris (A&M CD 3503); le Winnipeg Symphony Orchestra (CBC TV Special); l’Orchestre de la Résidence de La Haye (HollandFestival) et l’Orchestre Regional de Jazz, à Grenoble, France.


musiqueenligne.com - 2003

Wings - Paul WILLIAMS, Michel COLOMBIER - (c) Michel Colombier Music, Universal Music Publishing

PARTITIONS ET AUTRES PRODUITS DISPONIBLES (2)