Musique en ligne

PAUL PERSONNE

Naissance : 27 déc. 1949 - Argenteuil, FR


Son nom est Personne. La presse s'en amuse lorsqu'elle titre un article sur le plus connu des bluesman français. Pourtant Paul Personne est devenu quelqu'un. Au fil des galères, de la vie difficile d'un musicien désireux de faire ce qu'il aime, loin des diktats des maisons de disques, il a su construire une carrière d'artiste authentique.

Paul Personne, de son vrai nom René-Paul Roux, est né à Argenteuil dans la région parisienne le 27 décembre 1949. Il passe une partie de son enfance non loin de là à Houilles. Son père est ouvrier et joue quelquefois de l'harmonica. Le jeune René découvre quant à lui, la musique à la radio. Ses préférences vont à Aznavour et Piaf, jusqu'à ce qu'il entende Eddy Mitchell et Johnny Hallyday.

Ses parents achètent un accordéon à un boulanger voisin. Mais cet instrument ne plaît pas vraiment au jeune garçon. C'est en fait sa grande soeur qui va le récupérer. Lui, c'est plutôt la batterie qui le tente. Il en bricole une et commence ainsi ses premiers pas de musicien amateur. Il joue aussi un peu de guitare inspiré sans doute par Jimi Hendrix. C'est l'heure des premiers groupes montés avec ses copains de lycée.

Après avoir obtenu un C.A.P. de mécanique générale il signe à dix-sept ans avec son groupe L'Origine, un premier 45 tours chez Pathé Marcony. Après quelques radios et un projet de concerts, l'aventure s'arrête assez rapidement.

S'il commence à travailler dans une entreprise d'agroalimentaire, il n'en oublie pas moins la musique. Quelques temps plus tard en effet, une rencontre avec une troupe de théâtre, le Liquid Theater va l'amener à constituer La Folle Entreprise, groupe d'une quinzaine de musiciens. Puis, le groupe tourne dans les Maisons des Jeunes et de la Culture, circuit qui leu ...

Son nom est Personne. La presse s'en amuse lorsqu'elle titre un article sur le plus connu des bluesman français. Pourtant Paul Personne est devenu quelqu'un. Au fil des galères, de la vie difficile d'un musicien désireux de faire ce qu'il aime, loin des diktats des maisons de disques, il a su construire une carrière d'artiste authentique.

Paul Personne, de son vrai nom René-Paul Roux, est né à Argenteuil dans la région parisienne le 27 décembre 1949. Il passe une partie de son enfance non loin de là à Houilles. Son père est ouvrier et joue quelquefois de l'harmonica. Le jeune René découvre quant à lui, la musique à la radio. Ses préférences vont à Aznavour et Piaf, jusqu'à ce qu'il entende Eddy Mitchell et Johnny Hallyday.

Ses parents achètent un accordéon à un boulanger voisin. Mais cet instrument ne plaît pas vraiment au jeune garçon. C'est en fait sa grande soeur qui va le récupérer. Lui, c'est plutôt la batterie qui le tente. Il en bricole une et commence ainsi ses premiers pas de musicien amateur. Il joue aussi un peu de guitare inspiré sans doute par Jimi Hendrix. C'est l'heure des premiers groupes montés avec ses copains de lycée.

Après avoir obtenu un C.A.P. de mécanique générale il signe à dix-sept ans avec son groupe L'Origine, un premier 45 tours chez Pathé Marcony. Après quelques radios et un projet de concerts, l'aventure s'arrête assez rapidement.

S'il commence à travailler dans une entreprise d'agroalimentaire, il n'en oublie pas moins la musique. Quelques temps plus tard en effet, une rencontre avec une troupe de théâtre, le Liquid Theater va l'amener à constituer La Folle Entreprise, groupe d'une quinzaine de musiciens. Puis, le groupe tourne dans les Maisons des Jeunes et de la Culture, circuit qui leur permet d'exister, sans malheureusement gagner grand chose. Un 45 tours en 73 intitulé "Pas des anges" et enregistré chez Vamp Record en Angleterre est la seule trace tangible de son existence.

Malgré un essai de retour à la vie "normale" et son installation à Toulouse dans le sud-ouest (avec sa femme Colette et sa fille Jessica - née en 74), il ne peut s'empêcher de gratter sa guitare dans son coin. Il écrit deux titres pour le single de Linda Keel en 1976, puis l'expérience collective reprend avec un nouveau groupe intitulé Bracos Band. C'est le retour à la scène avec une tournée des clubs et des festivals régionaux, l'aventure se termine en 1977 avec l'enregistrement d'un 45 tours. Dans ces années marquées par l'avènement du mouvement punk, il est difficile de séduire les maisons de disques avec du blues rock.

Après donc le split de Bracos Band, vient la naissance d'un nouveau groupe appelé Backstage. Paul recrute un bassiste et un batteur. Le trio fait quelques concerts et finit par signer un contrat chez Vogue. Il enregistre un album éponyme en 79, uniquement chanté en anglais. Après une tournée de 45 dates, il retourne en studio pour un second album qui sort l'année suivante, y compris en Angleterre où le journal musical Melody Maker le chronique dans ses pages. Malheureusement, les relations avec la maison de disques se détériorent et signe la fin de l'existence de Backstage.

Si la langue anglaise paraît être la plus appropriée pour accompagner la musique que Paul Personne jouait jusque-là, le naufrage des quelques groupes avec lesquels il ait joué lui permet de se remettre en question. Au début des années 80, il commence donc à écrire en français. Quelques titres sont ainsi concoctés en vue d'une maquette. En octobre 82, sort le premier album signé Paul Personne chez CBS. Quelques passages télé ainsi que quelques radios et plus rien. La maison de disques lui refuse l'enregistrement d'un second album.

Retour donc dans sa ferme près de Toulouse à passer quelques mois sans faire grand chose. Puis c'est le déclic. A la demande de la chanteuse Nicoletta, il est invité lors d'une nouvelle émission de télé. Plusieurs directeurs artistiques sont présents. Mais Paul Personne entend bien dorénavant faire ce qu'il veut en matière de musique et ne plus subir l'ingérence des maisons de disques dans son travail artistique. C'est avec Babette Jones de chez Phonogram qu'il négocie finalement et sort un album en 83, intitulé "Exclusif" avec les incontournables titres "Comme un étranger" et "Ça va rouler", exemple probant du blues made in France qui marque le style de l'artiste.

A partir de là, les choses s'accélèrent un peu, permettant à l'artiste de sortir en 84, "Barjoland". Les difficultés semblent se résorber. Pourtant, un accident mortel va toucher sa fille Jessica en août 84, le laissant dans un grand désarroi.

En 85 sort un nouvel album "24/24"avec entres autres, le titre "Faut qu'j'me laisse aller". S'ensuivent trois soirs à l'Olympia à Paris du 17 au 18 mars 86 puis une tournée importante. Mais la distribution des disques est très mal assurée et s'il est dorénavant un artiste reconnu, le succès public de Paul Personne reste encore limité.

L'enthousiasme retombe. Ses activités se ralentissent. Il passe son temps dans sa nouvelle maison du Perche (région plus proche de Paris que Toulouse) avec sa compagne Gloria et son fils Jeremy (né en 76).

C'est en 87 que ses activités artistiques vont réellement reprendre. Il est invité à participer au Festival de Québec. L'accueil extrêmement chaleureux du public lui redonne le goût de la scène et par là même de la musique. Cela donne en février 89, l'album "la Chance" signé sur un petit label Bird. Le premier 45 tours extrait de cet opus réussi et truffé de ballades bluesy (dont deux sont signées Boris Bergman, parolier de Bashung) s'intitule "Trop tard". En janvier 90, il passe trois soirs au Bataclan rassemblant ainsi ses fidèles de plus en plus nombreux autour de tables comme dans un cabaret. En septembre, il participe à la soirée Blues de la Fête de l'Huma (rassemblement annuel du Parti Communiste Français).

Persuadé que la scène représente mieux qu'un enregistrement studio, ce qu'il peut faire et ce qu'il aime faire, Paul Personne se produit à l'Olympia pour un concert unique le 11 mars 91 pour fêter la sortie d'un enregistrement live, "la Route de la chance". En matière de maison de disques, le sort s'acharne sur lui car la sienne vient de mettre la clé sous la porte. Cette même année, il se voit aussi décerner le Bus d'acier, "Grand Prix du Rock Français".

Après cette année plutôt positive, de nombreuses propositions affluent. Il choisit de signer chez Polydor et sort en 92, un nouvel album concocté tout seul, dans son studio chez lui et intitulé "Comme à la maison". Collaborent à cet opus des artistes qui correspondent bien à l'univers du chanteur : le musicien Jacno, le parolier Boris Bergman et le comédien Gérard Lanvin.

L'année 93 est bien remplie : en effet, il commence par remplir deux soirées à l'Olympia en janvier, poursuit une tournée pendant deux mois, revient à Paris à La Cigale pour deux concerts en février, participe à l'enregistrement du disque d'Eddy Mitchell "Rio Grande", fait partie de la liste des invités prestigieux de Johnny Hallyday pour son grand show au Parc des Princes à Paris et passe au Francofolies de La Rochelle pour une spéciale "Fête à Paul Personne".

L'artiste affirme un peu plus son identité propre lorsqu'il sort l'année suivante l'album "Rêve sidéral d'un naïf idéal". Pour la première fois, il travaille avec un producteur, l'Anglais Ian Taylor qui auparavant officia avec Gary Moore, Dylan ou en France, Eddy Mitchell ("Rio Grande"). Le complice Boris Bergman est de la partie. Les musiciens de la tournée de 93 sont eux aussi présents. Entre les morceaux bien balancés comme "Loco loco" ou les ballades genre "Celia", Paul Personne nous fait une démonstration de ses talents de guitariste hors pair mais aussi de véritable chanteur recréant au fil des chansons de véritables petites histoires.

Après un passage à l'Olympia et une grande tournée, Paul Personne revient en 96, avec un nouvel album, "Instantanés". Produit par Ian Taylor, il rassemble les talents des vieux copains comme Boris Bergman, Jean-Louis Aubert, le comédien Richard Borhinger ainsi que Christian Dupont qui avait déjà écrit certains textes sur le précédent album. Plusieurs instrumentaux bluesy viennent aussi ponctuer ce disque, comme autant de respirations entre les chansons. "Instantanés" comme les deux albums précédents devient Disque d'Or.

S'il est peu loquace dans la vie, Paul Personne est sur scène comme chez lui. Il repart donc en tournée juste après la sortie du disque. Enregistré à l'Olympia du 1er au 3 avril 97, le live " Route 97" sort un peu plus tard.

Infatigable travailleur, Paul Personne revient en l'an 2000 avec "Patchwork Electrique", un nouvel opus pour lequel il a écrit 50 titres. Au final, il en a choisi 14 dont deux écrits en collaboration de Hubert-Felix Thiéfaine. "La Beauté du blues" premier extrait, est un de ceux-là. Boris Bergman le fidèle et Luc Baranger ont aussi apporté leur contribution. En ce qui concerne les musiciens, le bluesman a fait appel pour la première fois de sa carrière, à des musiciens anglo-saxons dont certains ont joué avec Iggy Pop ou Eagle-Eye Cherry. Paul Personne retrouve un son plus rock (assez traditionnel somme toute) s'essayant parfois à des incursion du côté de la modernité (!), voir pour ça les scratchs de DJ Sya Styles sur "La Beauté du blues".

A l'automne, il repart en tournée à travers la France pour le plus grand bonheur de ses fans, comme lui, fidèles et passionnés. Le spectacle, toujours ancré dans le blues, passe au Zénith de Paris le 9 novembre. En première partie, est invité Manu Lanvin, fils du comédien Gérard Lanvin, et auteur d'un tout premier disque sorti à la fin de l'été 2000.

Ses talents de guitariste sont incontestables. Ses textes sont servis par une voix rauque et cassée qui le classe (peut-être un peu trop vite) dans la catégorie Blues français. Paul Personne suit un itinéraire artistique personnel, balisé de disques chaleureux et de concerts qui le sont tout autant.

Paul Personne vit tranquillement. Et sort des disques de la même manière. Il faut donc attendre juin 2003 pour voir la sortie d'un nouvel album "Demain il f'ra beau" sur lequel on trouve de nombreuses ballades acoustiques, la voix de Paul est plus posée, plus chaude. La Deuxième livraison est pour l'automne, "Coup d'blues" sort enfin dans les bacs avec des morceaux plus rock.

L'opus "Demain il f'ra beau" contient donc des chansons écrites par le fidèle Boris Bergman comme "Le diable en hiver" ou "la Foire à la brocante". Certaines sont signées Christian Dupont, un ami de longue date. Pour contrebalancer ces signatures habituelles, Paul Personne fait appel à deux auteurs avec lesquels il n'a jamais travaillé : Nerac et Guirec. Musicalement, l'ensemble de l'album donne dans le registre bien connu du musicien, du rock-blues-folk.

"Coup d'blues" reprend "Le diable en hiver" dans une version plus électrique, l'album débute avec l'électrisant "Qu'est ce qui a changé" est donne de suite le ton d'un des tous meilleurs albums de Paul Personne.

La tournée débutée en automne 2003 reprend du service cet automne. Avec sur scène de nouveaux compagnons par rapport aux tournées précédentes. A noter la présence toujours fidèle de Gloria et d'un jeune guitariste de talent qui n'est autre que Jeremy le fils de Paul, comme un pied de nez à la vie qui n'a pas toujours été rose pour Paul. Dans sa musique comme dans la vie, c'est peut être le message le plus fort, l'énergie positive pour reprendre une expression chère à Bill Déraime. copyright ©RFI Musique

En novembre 2004, sortie du dvd live enregistré au festival des Vieilles Charrues à Carhaix le 24 juillet 2004. Premier film sur Paul Personne, premier concert filmé mise en vente, le concert ne déborde que légèrement de la durée fixée dans le cadre du festival, soit à peine plus d'une heure. Le concert est de qualité mais trop bref et ne reflète pas l'intimité réel qui demeure lors des concerts de Paul Personne devant un public plus restreint en salle.

Le band de Paul Personne (Fred Payonne, Jeff Gautier, Claude Langlois, Jeremy Lacoste et Gloria) est très soudé, la complicité sur scène est forte et Paul ne veut pas clôtre cette tournée alors qu'il ressent une expérience musicale intense. Il demande donc à Alain Lahana de monter une seconde tournée en dehors du circuit de prod habituel. Au retour des festival de l'été 2004, le "french never ending tour" reprend, plus rock'n'roll, pas de bus ou de gros 38 tonnes, mais un retour aux anciennes méthodes, grosses camionnettes, bagnoles et équipe réduite.

Près d'une année passe et Paul accepte de partir faire deux concerts hors Europe, le premier à Montréal pour les Francofolies pour la sortie d'un Best of édité uniquement au Canada, le second sur l'Ile de la Réunion où l'accueil est extraordinaire.

Au final les dates se suivent et ne se ressemblent pas, Paul et son band s'adaptent à la morphologie des lieux pour privilégier une ambiance plutôt rock ou acoustique en début de set. La tournée se termine en janvier 2006 avec 4 dates successives, Paul demande à son équipe d'enregistrer les 4 dates avec l'aide de 3 caméramens, cela simplement pour conserver une trace de cette tournée et éventuellement d'en ajouter quelques morceaux en bonus track d'un futur album.

Mais le résultat est tellement bon que Paul avec l'aide d'Alain Lahana se décide à produire un dvd live! Au final, c'est un double live en cd et dvd qui sortira à l'automne 2006, "Il était une fois la route" était né. 25 ans après ses débuts en tant que Paul Personne et ses premiers titres en français, le premier concert intégral en vidéo de Paul Personne est enfin disponible.

Paul PERSONNE

Produits disponibles : 13