Musique en ligne

BORIS VIAN

Auteur, Compositeur, Interprète

Pays : France


Né le 10 mars 1920 à Ville-d'Avray, Boris Vian laisser son empreinte sur la vie intellectuelle et artistique française de l'après guerre.

Avec ses trois frères et soeurs (Lélio, Alain et Ninon) il est élevé dans une atmosphère joyeuse non dépourvué de culture et de raffinement. Malgré la crise de 29, Boris a été instruit à domicile par une institutrice particulière car handicapé par une santé fragile.

A 12 ans, il connaît ses premiers problèmes cardiaques qui lui seront fatal. Brillant et cultivé, Il apprend seul l'anglais et passe ses baccalauréats à 15 ans puis à 17 et se passionne dès 16 ans pour la musique et en particulier le jazz, forme nouvelle en France. A 17 ans, il apprend la trompette et deviendra plus tard membre du Hot Club de France.

En 1939, il intègre l'Ecole Centrale des Arts et Manufactures à Angoulême. En 1940, Boris fait la connaissance de sa première épouse, Michèle Léglise,et se marie le 3 juillet 1941 dont il aura 2 enfants. Il commence à écrire son premier ouvrage en 41, "Les cents sonnets". La culture de l'absurde, l'exploration du surréalisme sont autant d'exercice culturels qu’il apprécie. Il entre à l'AFNOR qui lui inspirera de nombreux écrits et en démissionnera en 46.

Trompettiste dans l'orchestre de Claude Abadie, Boris y retrouve ses frère Alain (batteur) et Lélio (guitariste) puis publie ses premiers textes sous des pseudonymes (Bison Ravi ou Hugo Hochebuisson) et écrit ses premières chansons. En 45, il signe avec Gallimard pour son roman "Vercoquin et Plancton". 1946 paraît son plus célèbre roman, "L'Ecume des jours", rencontre le couple Sartre-Beauvoir, piliers de Saint-Germain-des-Prés et publie "J'irai cracher sur vos tombes", ouvrage qui fait scandale par son contenu ...

Né le 10 mars 1920 à Ville-d'Avray, Boris Vian laisser son empreinte sur la vie intellectuelle et artistique française de l'après guerre.

Avec ses trois frères et soeurs (Lélio, Alain et Ninon) il est élevé dans une atmosphère joyeuse non dépourvué de culture et de raffinement. Malgré la crise de 29, Boris a été instruit à domicile par une institutrice particulière car handicapé par une santé fragile.

A 12 ans, il connaît ses premiers problèmes cardiaques qui lui seront fatal. Brillant et cultivé, Il apprend seul l'anglais et passe ses baccalauréats à 15 ans puis à 17 et se passionne dès 16 ans pour la musique et en particulier le jazz, forme nouvelle en France. A 17 ans, il apprend la trompette et deviendra plus tard membre du Hot Club de France.

En 1939, il intègre l'Ecole Centrale des Arts et Manufactures à Angoulême. En 1940, Boris fait la connaissance de sa première épouse, Michèle Léglise,et se marie le 3 juillet 1941 dont il aura 2 enfants. Il commence à écrire son premier ouvrage en 41, "Les cents sonnets". La culture de l'absurde, l'exploration du surréalisme sont autant d'exercice culturels qu’il apprécie. Il entre à l'AFNOR qui lui inspirera de nombreux écrits et en démissionnera en 46.

Trompettiste dans l'orchestre de Claude Abadie, Boris y retrouve ses frère Alain (batteur) et Lélio (guitariste) puis publie ses premiers textes sous des pseudonymes (Bison Ravi ou Hugo Hochebuisson) et écrit ses premières chansons. En 45, il signe avec Gallimard pour son roman "Vercoquin et Plancton". 1946 paraît son plus célèbre roman, "L'Ecume des jours", rencontre le couple Sartre-Beauvoir, piliers de Saint-Germain-des-Prés et publie "J'irai cracher sur vos tombes", ouvrage qui fait scandale par son contenu iconoclaste, mais best-seller dès 47.

Scandale et réussite aussi pour "Les morts ont tous la même peau" en 47 et "Et on tuera tous les affreux" en 48. La Guerre terminée, les jeunes générations se lancent dans une fête permanente. Le Tabou, au coeur de Saint-Germain-des-Prés devient un point incontournable qu'animent Alain Vian et Boris où on croise Juliette Gréco, égérie de Saint-Germain et la jeunesse existentialiste du moment.

Sa santé l’oblige à cesser la trompette, mais il demeure une sommité en matière de jazz, entrant à la rédaction du magazine Jazz Hot en 46 et fréquentant ensuite le Club Saint-Germain-des-Prés ; il y reçoit les jazzmen américains (Duke Ellington, Charlie Parker ou Miles Davis).

1949 marque sa première chanson succès "C'est le be-bop" interprété par Henri Salvador sur une musique de Jack Diéval. Le tandem Vian / Salvador produira des dizaines de succès au cours des années 50. Il se consacre aussi au théâtre et en 1950, monte "L'Equarrissage pour tous" jouant avec les mots et les transformant en autant de notes au sein d'un ballet vocal ainsi que sa première comédie musicale, "Gialiano". Suivront en 51, "Le goûter des généraux", en 52, "Cinémassacre ou les cinquante ans du septième art" puis "Paris varie ou Fluctuat nec mergitur".

En 1952, Boris Vian est admis au Collège de pataphysique en tant qu'Equarisseur de première classe… (science du virtuel et des solutions imaginaires imaginée par l'écrivain Alfred Jarry) qui compte parmi ses membres Raymond Queneau, Eugène Ionesco ou Jacques Prévert.

Séparé de Michèle, en 54 il épouse Ursula Kubler, une jeune danseuse allemande. Théâtre, roman, poésie, chanson, traductions, et enfin science-fiction qui lui inspirera une chanson "la Java martienne".

A partir de 1954, Boris Vian se consacre à la chanson avec le mythique "le Déserteur", manifeste anti-militariste en lien avec la guerre d'Indochine. Jacques Canetti l'engage en 1955 aux Trois Baudets, et à La Fontaine des Quatre Saisons. Son premier disque est censuré à cause cette. Après le jazz, il s’interesse au Rock'n'roll et écrit des textes sur des musiques de A.Goraguer, M.Legrand et H.Salvador avec de célèbres titres tels que "Rock'n'roll Mops", "Fais-moi mal Johnny", "la Java des bombes atomiques", "J'suis snob", "On n'est pas là pour se faire engueuler"… Il écrit aussi des livrets d'opéra dont "Fiesta" en 58 sur une musique de Darius Milhaud

Le 23 juin, tandis qu’il assiste au visionnage du film "J'irai cracher sur vos tombes", il meurt dès les premières images.

Disparu prématurément, il nous a laissé une oeuvre toujours moderne et diversifiée qui n'a cessé d'inspirer depuis lors. Ses chansons furent depuis interprétées par divers artistes (Jacques Higelin, Serge Reggiani, Mouloudji, Catherine Sauvage, les Frères Jacques, Yves Montand, Bernard Lavilliers, Maurice Chevalier…) et certains de ses ouvrages sont des classiques de la littérature française, étudiés dans les écoles.

Boris VIAN

Produits disponibles : 4